JPO : Webinar d'information sur nos formations → RDV mardi à 17h30.

A l’approche des présidentielles, Meta lutte contre la désinformation et encourage le vote

A deux mois du premier scrutin des élections présidentielles françaises, la maison mère de Facebook, Instagram et Whatsapp, annonce sa stratégie pour combattre les fake news et leur promotion. Le groupe lance aussi plusieurs campagnes pour éduquer les citoyens à décrypter l’information en ligne et apprendre aux candidats à se protéger. 

Ayant travaillé sur plus de 200 élections à travers le monde depuis 2017, et notamment de nombreuses en Europe, nous avons tiré des enseignements clés de chacune d’elles” affirme Meta dans un communiqué. Le géant du numérique explique avoir établi, depuis un an, une équipe dédiée pour travailler sur le sujet des élections et assurer à Meta une prise de mesure permettant de protéger l’intégrité des scrutins et empêcher les abus durant cette période. 

Lutte contre les opérations d’influence

Meta indique premièrement avoir créé des équipes internationales spécialisées pour identifier “les menaces, et notamment les signes de comportements inauthentiques coordonnés” sur leur différentes plateformes. L’entreprise annonce en particulier qu’elle ouvrira “dans les prochaines semaines” un centre opérationnel virtuel consacré aux élections. Ce centre sera actif 24h/24 et fera appel à des « experts en données » ou en « renseignement sur la menace », ainsi qu’à des ingénieurs et des juristes, basés en Europe ou aux Etats-Unis. Meta annonce également avoir amélioré ses outils d’intelligence artificielle permettant de détecter et de bloquer les faux comptes sur leurs réseaux, souvent impliqués dans ces opérations. 

Des partenariats avec les facts checkers français

L’AFP, Les Décodeurs du Monde, 20 Minutes et Les Observateurs de France 24 seront les quatre partenaires de Meta dans sa mission de vérification de l’information. Si ces institutions qualifient un contenu de faux, alors Meta réduira significativement sa distribution à travers ses plateformes pour qu’un nombre minimum d’utilisateurs puisse la voir. La maison mère de Facebook, Instagram et Whatsapp informera également les personnes qui cherchent à partager ce contenu ou l’ont déjà fait. De plus, L’AFP recevra des messages sur Whatsapp, dès que des utilisateurs de l’application auront signalé une fausse information. 

Des campagnes pour éduquer les citoyens à reconnaitres les fake news

Meta a également travaillé avec plusieurs partenaires médias pour développer des campagnes d’éducation aux médias sur les différentes plateformes du groupe. En partenariat avec Meta, Loopsider a développé  la campagne “Fake ou quoi ?!” sur Instagram afin de cibler les jeunes et partager avec eux des conseils pour détecter les fausses informations dans un contexte électoral. L’AFP lancera une série de courtes vidéos pour aider les citoyens à ne pas tomber dans le piège des informations douteuses comme les citations invraisemblables, les images ou vidéos douteuses et les articles aux titres sensationnalistes. Enfin, Meta soutiendra le lancement d’une formation gratuite sur WhatsApp d’une durée de 10 jours avec France 24 pour aider les participants à ce programme à identifier les informations en ligne crédibles et savoir ceux qu’il faut partager et avec lesquels interagir.

Protéger les responsables politiques et notamment les femmes

Les potentiels électeurs ne sont pas les seuls à bénéficier des mesures mises en place par Meta. Grâce à Facebook Protect, le groupe souhaite aussi former les candidats et leurs équipes à adopter des mesures pour protéger leurs comptes sur les différents réseaux. Meta a également collaboré avec le réseau Élues Locales pour publier un guide de sécurité à l’intention des femmes élues et des candidates et proposer des sessions de formation. 

Encourager le vote en particulier chez les jeunes

Meta lancera également différents outils afin d’encourager les utilisateurs de Facebook, Instagram et Meta à aller voter. En partenariat avec l’association “à voté”, Ouest France et 20 minutes, le groupe lance un chatbot sur Whatsapp pour inciter les jeunes à voter en les aidant notamment à s’inscrire sur les listes électorales. La campagne en ligne « Ça vote ?», réalisée en partenariat avec le média Konbini, et l’agence Smile Conseil, a elle aussi ce même objectif. Enfin, le groupe de Mark Zuckerberg, déploiera dans les prochains jours des notifications pour rappeler aux utilisateurs de plus de 18 ans de s’enregistrer sur les listes électorales et d’aller voter.  

Facebook
Twitter
LinkedIn

Tag de l'article :

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone

S'inscrire à la JPO :

Vous souhaitez recevoir notre newsletter data 💌 hebdomadaire ?