JPO : Webinar d'information sur nos formations → RDV mardi à 17h30.

Plus de Facebook, ni d’Instagram en Europe, la curieuse menace de Meta

L’entreprise de Mark Zuckerberg prévient qu’elle fermera ses deux réseaux sociaux à l’Europe, si les régulateurs ne sont pas plus conciliants sur le thème des données personnelles.

L’information transparaît dans plusieurs médias outre-atlantique, à l’image de Bloomberg. Meta menace de fermer Facebook et Instagram aux Européens si l’interdiction du transfert de données utilisateurs vers ses serveurs aux Etats-Unis venait à se pérenniser. 

Meta vise un retour du Privacy Shield

Jusqu’en juillet 2020, les entreprises américaines bénéficient du Privacy Shield, un accord facilitant le transfert de données entre l’UE et les Etats-Unis. L’accord reconnait que la législation américaine offre les mêmes garanties que le droit européen. Seulement à cette date, la justice européenne a estimé que les lois américaines ne garantissent pas aux citoyens européens une protection équivalente à celles dont ils bénéficient en Europe dans le cadre du RGPD. Depuis cette date,  les géants américains du web ne peuvent donc plus stocker des données personnelles venant d’Europe sur leurs serveurs aux Etats-Unis, et encore moins les partager avec leurs partenaires. Pour Méta, la capacité de transférer les données utilisateurs entre les deux continents est cruciale à son activité, sur le plan opérationnel et dans le cadre du ciblage publicitaire. Elle espère donc, par cette menace, faire plier les régulateurs européens en sa faveur. 

Meta survivra-t-elle sans ses utilisateurs européens?

Fans de Facebook et d’Instagram, rassurez-vous… l’application de cette menace ne sera pas si facile pour Meta comme le rappelle Les Echos. Le groupe compte environ 430 millions d’utilisateurs mensuels en Europe, dont 309 millions rien que pour Facebook. Fermer ces deux réseaux sociaux chez nous représenterait un important manque à gagner pour Meta.  D’autant que l’entreprise vient de perdre des utilisateurs pour la première fois de son histoire au quatrième trimestre de 2021 et que par la suite sa valeur en bourse à chuté de 28%. 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Tag de l'article :

Poursuivre la lecture

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone

S'inscrire à la JPO :

Vous souhaitez recevoir notre newsletter data 💌 hebdomadaire ?