JPO : Webinar d'information sur nos formations → RDV mardi à 17h30.

Orange Bank et DataScientest : l’histoire d’un message ambitieux

Tout commence par un message Linkedin entre Yoel Tordjman et Samir Ait Idir. Une démarche de prospection classique, diront certains. Seulement voilà: dans ce message figure une offre de test gratuit à nos dispositifs de formation en Data Science. Du côté de Orange Bank, le choix est assez simple. Après tout, pourquoi ne pas tester la formation ?

C’est ainsi que Samir et deux de ses collaborateurs se lancent dans l’aventure : pendant plusieurs jours, ils suivent les Masterclass de nos professeurs et travaillent sur notre plateforme, un choix qu’ils ne regretteront pas. La proposition de test avait en effet pris de court Samir, mais le résultat était positif et la collaboration s’annonçait fructueuse. Il en atteste aujourd’hui : « Je me suis dit : soit il est très gonflé [d’envoyer ce message de test gratuit] soit le produit est vraiment très bon. Finalement, c’est la deuxième option qui est juste ».

« Dans une néobanque, la Data c’est le carburant »

Si le développement des néobanques coïncide parfaitement avec l’essor de la Big Data, ce n’est aucunement dû au hasard. Les deux écosystèmes sont intrinsèquement liés et évoluent en parallèle, ce qui signifie que les néobanques doivent s’adapter parfaitement aux nouvelles pratiques du domaine de la Data.

Les Data Scientists habitués aux outils SAS ont ainsi reçu une formation sur Python, sur le Cloud ou encore sur les enjeux de la self-service BI. Ce type de reskilling rend possible la mise en œuvre de nouveaux projets et permet aux équipes d’approfondir leur maîtrise de la Data, ce qui constitue un avantage de taille.

Une volonté de formation professionnalisante

Depuis la création de DataScientest, la mise en place d’un projet fil rouge au sein de chaque formation longue nous tient à cœur. Samir en a immédiatement compris l’utilité et a voulu en faire un outil d’autonomie. L’objectif était de faire confiance aux collaborateurs sur divers projets et de limiter ainsi la dépendance des équipes aux consultants. Si les collaborateurs peuvent développer toutes les compétences nécessaires, pourquoi s’en priver ?

« Nous nous sommes formés et en même temps, nous avons délivré un projet ». Loin d’être théorique, ce projet fil rouge a vocation à être mis en production dès que possible. Chez Orange Bank, les collaborateurs ont travaillé sur les données de l’entreprise même afin de mettre en place un score d’appétence de la clientèle premium de la banque. Après avoir été soumis à plusieurs tests dont le proof-of-concept, ce dispositif est aujourd’hui totalement opérationnel et sert les intérêts de l’entreprise.

Nous pouvons ainsi parler, au-delà d’une pédagogie de learning-by-doing qui nous caractérise, d’une pédagogie de learning-by-doing-and-implementing. La mise en production d’un projet participe tout autant à la formation des collaborateurs et a le mérite de les impliquer davantage dans la réussite de l’entreprise.

Nous laissons à présent Samir vous raconter les détails et son point de vue sur cette collaboration, bien qu’il estime que le « produit parle de lui-même ».

Facebook
Twitter
LinkedIn

Tag de l'article :

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone

S'inscrire à la JPO :

Vous souhaitez recevoir notre newsletter data 💌 hebdomadaire ?