JPO : Webinar d'information sur nos formations → RDV mardi à 17h30.

Comment mettre en place la gouvernance des données en entreprise ?

Gouvernance des données

La mise en place d’une gouvernance des données, bien qu’incontournable pour examiner la production et l’efficacité d’une entreprise, peut parfois relever du défi. Il existe pourtant des processus clairs pour permettre aux collaborateurs d’utiliser au mieux les données à leur disposition et optimiser la prise de décision des dirigeants.

Avec la transition numérique, les entreprises disposent de plus en plus de données. Le pouvoir de ces données dans le pilotage stratégique de l’entreprise est aujourd’hui largement reconnu. En effet, pour rester compétitive face à ses concurrents, l’entreprise se doit aujourd’hui d’être data-driven et prendre des décisions stratégiques sur base d’analyse et d’interprétation des données. La gouvernance des données ou data governance est primordiale dans l’avancée vers cet objectif.

Première étape, définir l’objectif de la gouvernance des données

Il n’existe pas de méthode miracle de mise en place de la gouvernance des données. Une stratégie de gouvernance des données et spécifique à chaque entreprise. Elle dépend largement de la culture d’entreprise et de son utilisation des données. En fonction, les besoins peuvent être très différents d’une entreprise à l’autre. Il est donc primordial de déterminer vos besoins et d’établir un objectif à atteindre grâce à la gouvernance des données. 

Pour commencer, veillez à faire l’inventaire des données que vous avez à disposition. Cela vous permettra d’être plus au clair sur les données que votre entreprise a à disposition. Vous saurez également où chercher les données dont vous avez besoin. Ensuite vous pourrez établir une cartographie de ces données et commencer à avoir une vision transversale de la donnée.

Deuxième étape, établir une stratégie de gouvernance des données

Une fois vos objectifs définis, il est temps de mettre en place votre stratégie de gouvernance des données. Pour cela, il vous faudra choisir les cas d’usage qui répondront aux besoins de vos équipes et qui seront suffisamment simples pour pouvoir être mis en place avec succès.  Pour cela, posez vous les bonnes questions: quelle valeur ajoutée voulez-vous retirer de cette transformation? Rencontrez vous des difficultés dont vous souhaitez vous débarrasser? Comment comptez-vous intégrer votre procédure de data governance dans le quotidien des métiers de votre entreprise ?

Trouver des réponses à ces questions est primordial dans la réussite de vos premiers cas d’usage. Cette réussite est essentielle, elle aussi. Elle vous permettra de
remporter l’adhésion des équipes et poursuivre votre processus de gouvernance des données sur le long terme.

Troisième étape, définir les règles, processus et les responsabilités dans votre gouvernance des données

Pour encadrer votre gouvernance des données, il est important d’établir des règles d’application. Pour cela, n’hésitez pas à rédiger une charte de gouvernance des données. Ce document sera central à votre processus et doit être une référence pour l’ensemble des utilisateurs de la donnée dans votre entreprise. Pour que ces derniers puissent mieux le comprendre et l’adopter, pourquoi ne pas les inviter à participer à sa rédaction? Ils ne seront que plus impliqués dans votre projet et vous soutiendront. 

La charte de gouvernance des données synthétise les missions et responsabilités de chacun et reprend les objectifs généraux de la stratégie. Assurez-vous que toutes les composantes de cette charte sont claires, documentées et accessibles à tous. 


Il est également utile de rédiger un data catalogue. Tous les types de données de l’entreprise y seront répertoriés. Les métiers ne manqueront pas d’y trouver les définitions de chaque type de données, mais aussi son responsable attitré, son propriétaire et qui est autorisé à modifier ces données.

Définir les rôles de chacun dans la gouvernance des données.

Parlons justement des rôles présents dans un processus de gouvernance des données. Ils ont eux aussi leur importance car ils permettent une tenue à long terme de ce processus de gouvernance des données. 

  • Le responsable des données (Chief Data Officer) : il est chargé d’accompagner le comité de gestion stratégique des données dans la définition d’une stratégie data et la mise en place d’une gouvernance des données. Ce rôle supervise également les gestionnaires de données au quotidien.
  • Data management executive : il gère les bases de données et l’analyse d’informations nécessaires à leur fonctionnement et leur utilisation. Il est aussi le garant de la fiabilité des données et de leur bonne gestion. Il est le point central entre les statistiques, l’informatique, la stratégie d’entreprise et l’économie. 
  • Les propriétaires des données (Data Owners) : Ils sont responsables de la qualité des données en tant qu’actifs. Les Data Owners peuvent être désignés de par l’entité dont ils sont responsables (comme les dossiers clients, dossiers produits etc..) ou les attributs pour lesquels ils sont désignés (comme l’adresse du client, le nom du produit…etc…). Ce sont souvent les premiers postes que l’on nomme lors de la mise en place d’un processus de gouvernance des données. 
  • Les gestionnaires de données (Data stewards) : Ils s’assurent que les politiques et normes prévues par la gouvernance de données sont respectées dans les activités quotidiennes de chacun. Comme les propriétaires de données, les gestionnaires de données sont responsables d’une entité ou d’un ensemble d’attributs de données. 
  • Data Quality Manager : il définit les méthodes et approches de qualité des données et fournit un soutien aux data steward dans le maintien de cette qualité.
  • Data Architect (Data Steward Technique) : Il est responsable de la conception, de la création, du déploiement et de la gestion des modèles de données conceptuels et logiques. Il gère également le mappage comme les modèles de données physiques. Il définit comment les données sont stockées, consommées, intégrées et gérées par différents systèmes et applications informatiques.
  • Conservateurs de données (Data Custodian) : Son rôle est d’effectuer l’intégration commerciale et technique, la maintenance et les mises à jour de fin de vie de vos actifs de données.

Suivre et contrôler la performance du processus de gouvernance des données

Il n’est pas toujours simple de mesurer la performance d’un processus de gouvernance des données. Cependant, vous observerez le succès de votre démarche en fonction de l’utilisation des différents outils que vous avez mis en place. Le nombre de connexions au Data Catalogue sont, par exemple, un bon indicateur de l’appropriation de votre stratégie par les différents métiers de l’entreprise. D’autre part, si votre gouvernance des données est un succès, vous retrouverez sûrement de plus en plus de données dans les rapports de Business Intelligence produits par les différents services de votre entreprise. 

Enfin, n’oubliez pas de faire le point avec vos équipes sur l’atteinte des objectifs fixés initialement. Ont-elles obtenu des réponses satisfaisantes à leurs questions ? Les blocages observés ont-ils été levés? Une discussion globale autour de la donnée et de son utilisation est nécessaire afin de pérenniser votre stratégie de gouvernance des données.  

Vous souhaitez maitriser les données ?

Facebook
Twitter
LinkedIn

Tag de l'article :

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone

S'inscrire à la JPO :

Vous souhaitez recevoir notre newsletter data 💌 hebdomadaire ?