JPO : Webinar d'information sur nos formations → RDV mardi à 17h30.

Top 3 des femmes les plus influentes dans la tech

Femme data

Safra Catz, PDG d'Oracle

Oracle

Safra Catz a immigré d’Israël aux États-Unis à l’âge de 6 ans. Elle a obtenu une licence à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie et un doctorat en droit à Penn Law.

Safra Catz était banquière chez Donaldson, Lufkin & Jenrette, où elle a gravi les échelons pour devenir directrice générale, puis vice-présidente senior de la société. En 1999, Catz a rejoint Oracle en tant que vice-présidente senior. Elle a rejoint le conseil d’administration de la société en 2001 et a été nommée présidente en 2004.

Oracle est une société de technologie informatique surtout connue pour ses produits et services logiciels comme Java. Par l’intermédiaire de ses quatre principaux secteurs d’activité – le cloud et les licences, le matériel et les services -, Oracle vend ses services et systèmes d’ingénierie du cloud et ses systèmes de gestion de bases de données

Sous la direction de Mme Catz, Oracle a procédé à plus de 130 acquisitions et fusions au cours de la décennie suivante. La plus connue de ces acquisitions est celle de son concurrent direct PeopleSoft, qu’Oracle a acquis en 2004 pour 10,3 milliards de dollars.

En 2014, Mme Catz est devenue co-PDG d’Oracle, aux côtés de Mark Hurd. Elle est devenue l’unique PDG en 2019, après le décès de Hurd. Elle enseigne également la comptabilité à la Stanford School of Business et a été élue au conseil d’administration de la Walt Disney Co en 2017.

Elizabeth Churchill, directrice de l'expérience utilisateur chez Google

Après avoir étudier à l’université du Sussex, Mme Churchill s’installe en Californie pour rejoindre le laboratoire FX de Palo Alto, puis le centre de recherche de Palo Alto. De là, elle a occupé des postes dans diverses entreprises technologiques, dont Yahoo, eBay et Google

Elle est actuellement directrice de l’expérience utilisateur chez Google. À ce titre, elle effectue des recherches et des présentations sur des sujets liés à l’informatique, à la psychologie, au design, à l’analyse et à l’anthropologie, afin de rendre l’expérience utilisateur plus précise et plus efficace.

Mme Churchill est également vice-présidente de lAssociation of Computing Machinery. Elle possède également plus de 50 brevets accordés ou en attente, et plus de 100 articles publiés dans de multiples domaines de la psychologie et de l’informatique.

Gwynne Shotwell, président et directrice d'exploitation de SpaceX

Gwynne Shotwell a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en génie mécanique et en mathématiques appliquées de l’Université Northwestern. Après avoir obtenu son diplôme, Shotwell entame une carrière dans l’industrie automobile mais change rapidement de cap pour travailler sur des contrats de recherche spatiale militaire avec Aerospace Corp en Californie ou elle devient l’ingénieur en chef d’un programme de satellite de classe MLV.

Son intérêt pour l’exploration spatiale a fait d’elle une candidate de choix pour SpaceX en 2002. SpaceX l’a engagée en tant que 11e employé et vice-présidente du développement commercial. Depuis lors, Mme Shotwell est devenue présidente et directrice de l’exploitation de la société, ce qui la rend responsable des opérations quotidiennes ainsi que de la sensibilisation et du développement de la société.

Mme Shotwell a été intronisée au Women in Technology International Hall of Fame et a été désignée par le magazine Time comme l’une des 100 personnes les plus influentes du monde en 2020.

La sous-représentation des femmes dans le secteur de la technologie n’est pas un sujet nouveau, et même s’il y a des améliorations, nous ne pouvons pas contester que ces progrès sont extrêmement lents et nécessitent beaucoup plus d’attention.

L’hétérogénéité de pensée permet de mieux résoudre les problèmes, car la collaboration avec des personnes de sexe, d’origine ethnique, d’orientation sexuelle et de race différents favorise l’innovation et améliore les capacités de résolution des problèmes.

Les équipes diversifiées sont plus performantes que les équipes homogènes, en particulier lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes techniques. 

Il ne suffit pas d’encourager les jeunes femmes à s’intéresser à la technologie et à y faire carrière ; il faut qu’elles disposent d’un large éventail de dirigeantes ayant réussi dans le domaine de la technologie qu’elles peuvent choisir comme modèle ou mentor. Il faut qu’il y ait plus de femmes qui réussissent dans le domaine de la tech et qu’elles puissent gagner leur place à la table des grands afin de pouvoir s’engager sur le sujet de l’égalité des sexes.

En clair, les femmes dans le secteur de la technologie doivent prendre conscience d’elles-mêmes, s’aimer et avoir confiance en elles pour surmonter la pression lorsqu’elles traitent avec les autres. Les dirigeants d’entreprise doivent s’efforcer d’identifier et d’adopter la diversité et l’inclusion des genres sans compromettre le mérite dans leurs stratégies d’embauche.

Cet article vous à convaincu ?  Vous souhaitez vous lancer ? 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Tag de l'article :

Poursuivre la lecture

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone

S'inscrire à la JPO :

Vous souhaitez recevoir notre newsletter data 💌 hebdomadaire ?