JPO : Webinar d'information sur nos formations → RDV mardi à 17h30.

Dall – E, une source d’inspiration pour les métiers de la création ?

dalle

Lancée au début de l’année 2021 par la société Open AI du très célèbre Elon Musk, l’intelligence artificielle nommée Dall-E ( contraction du célèbre peintre Salvador Dali et de l’IA robot Wall-E de Disney), a fait un gros boom dans l’univers de la tech mais également dans celui des designers, graphistes et tout autre domaine de création/modification d’images.

En effet, Dall-E est un générateur d’images à partir de descriptions textuelles, s’appuyant sur un précédent algorithme ayant fait le tour des médias, GPT-3.
Si les résultats n’étaient pas forcément d’une qualité exceptionnelle avec la première version, ils se sont nettement améliorés avec sa nouvelle version, Dall-E 2.

Sans plus attendre, il nous tardait d’essayer ce nouvel outil pour nous faire notre propre avis sur le dernier fleuron d’Open AI. Pour cela, il faut s’inscrire sur le site officiel désormais sans liste d’attente. Premier test pour Open AI : essayer de recréer le logo de DataScientest à l’aide d’une simple description textuelle.

Ainsi, après quelques essais où nous avons appris à calibrer nos requêtes, la description « a logotype of a cyan winged lion, seen in profile, sitting with a crown on its head » , nous permet d’obtenir en quelques secondes :

 

 

 

ou encore

en comparaison à notre logo d’origine :

On notera que les petits carrés de couleur sur le coin inférieur droit de l’image sont la trademark de l’algorithme, pour nous assurer de l’origine de l’image.

De plus, il est important de rappeler que Dall-E ne connaît pas les entités et nom propres, comme les personnalités publiques, entreprises ou tout autre droit privé pour éviter à son outil de générer des contenus violents, sexuels, ou inappropriés. Il était donc impossible pour nous de taper uniquement « DataScientest logo » pour obtenir le meilleur résultat, ni même possible de faire le lien avec notre entreprise. Dall-E n’en a pas connaissance. Devant ces résultats, on peut être plus que satisfait tant la ressemblance est étonnante en premier lieu, et les détails correctement respectés.

Enfin, cette intelligence artificielle propose également d’autres fonctionnalités, comme la modification d’images ou l’intégration d’éléments dans une image existante entre autres, mais nous vous laissons essayer ces features par vous-même !

Mais alors, quel peut être l’impact d’un tel amplificateur de créativité ?

Cette technologie n’étant plus la propriété d’une seule entreprise aux moyens gigantesques, nous pouvons largement parier sur une démocratisation encore plus populaire et plus accessible qu’actuellement avec les récentes sorties d’algorithmes similaires open-source, comme crAIyon (le nouveau nom de Dall-E mini), Stable Diffusion ou encore MidJourney. Mais alors, est-ce que les illustrateurs professionnels et autres métiers de la création d’images devraient s’inquiéter de la démocratisation de ce type de technologie ? En réalité, pas vraiment.

En effet, pour beaucoup d’entre eux, cette technologie devrait être utilisée comme un complément plutôt qu’un remplacement, en phase préliminaire de projet par exemple. Représentant la première esquisse d’une œuvre, Dall-E peut servir comme inspiration pour ces artistes, sans se soucier de propriété intellectuelle, puisqu’elles nous appartiennent dans leur intégralité, et pourront être retravaillées dans un second temps par de véritables professionnels. En effet, même si le rendu proposé par Dall-E est propre, il est moins efficace sur les détails, les arrières-plans et les qualités générales d’une image qui en font un travail de professionnel. Cet outil servira alors pour chercher une idée, mettre une image sur des mots, explorer une première piste sans y perdre une journée de travail, et pour tous ceux qui souffrent du syndrôme de la page blanche, c’est un super assistant.

En somme, le processus de création artistique évoluera sûrement de pair avec l’intelligence artificielle, comme ce fut le cas avec l’arrivée de logiciels aujourd’hui omniprésents tels que Photoshop ou InDesign, d’ores et déjà truffés d’outils basés sur l’intelligence artificielle.

C’est justement ce qu’essaye de faire à présent Microsoft, avec la sortie toute récente de Microsoft Designer, une nouvelle application de création de contenu qui a pour but de concurrencer Canva, en y ajoutant justement la nouvelle intelligence artificielle Dall-E. Si son utilisation et son accès sont sensiblement similaires au site de Dall-E, l’intégration de cet outil dans un progiciel Microsoft témoigne d’un intérêt certain des acteurs majeurs de la tech pour cette IA et confirme notre pressentiment de démocratisation de l’outil dans la majorité des plateformes majeures.

Mais dans ce cas, ne devrions-nous pas avoir peur d’une homogénéisation dans le processus de création ? Dall-E n’est-elle pas une porte ouverte vers la propagation des deep fakes ?

Si vous souhaitez comprendre comment Dall-E a pu être conçu et comment cette IA fonctionne, nous vous invitons à vous inscrire à nos formations de deep learning disponible ici.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Tag de l'article :

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone

S'inscrire à la JPO :

Vous souhaitez recevoir notre newsletter data 💌 hebdomadaire ?