Le parlement a voté l’AI Act, ce qui va changer pour les intelligences artificielles

-
2
 m de lecture
-

Débattant depuis le 13 juin, le parlement européen vient de voter le projet de loi AI Act, un règlement visant à réguler l’intelligence artificielle en Europe.

Qu’est-ce qui va changer ?

C’est voté, le parlement vient d’approuver le projet de loi AI Act. Cette réglementation doit apporter une intelligence artificielle plus saine et sécurisée à l’ensemble de l’Europe. En attendant que le parlement échange avec tous les pays européens sur la forme finale du texte, plusieurs changements majeurs ont déjà été approuvés.

Une transparence accrue pour les algorithmes

Afin de légitimer l’utilisation de l’intelligence artificielle, les entreprises devront être capables d’expliquer comment leurs systèmes fonctionnent. Cette loi figurait déjà dans le Digital Services Act et le Digital Market Act, mais n’était imposée qu’aux géants de l’informatique. Cette généralisation montre que l’Europe espère créer une plus grande équité en ce qui concerne l’utilisation de l’IA.

La création d’une autorité de régulation de l’IA

L’Europe veut créer une autorité dévouée à la conformité de ces nouvelles règles. Cette nouvelle police aurait la possibilité d’inspecter les systèmes IA des entreprises et d’imposer des sanctions en cas de non-respect de cette conformité. Les sanctions ne sont pour le moment pas précisées, les eurodéputés doivent encore en débattre.

Une IA éthique

Lors de leur débat du 13 juin, les eurodéputés ont choisi de renforcer l’interdiction de potentiels choix discriminatoires de l’IA. Encourageant à une IA éthique, ces derniers réfutent toute utilisation de l’IA pour une police prédictive, une catégorisation sociale ou des caméras intelligentes.

La responsabilité des entreprises

A partir de maintenant, chaque entreprise qui utilise de l’intelligence artificielle sera tenue pour responsable des actions de son système. Si une IA commet un préjudice, l’entreprise en subira les conséquences légales. Cette réglementation vise à inciter les entreprises à investir davantage dans la sécurité et la fiabilité de leurs IA.

Une protection accrue des données personnelles

L’aspect le plus important de ce nouveau texte de loi est un renforcement sur la protection des données personnelles. Les entreprises qui utilisent l’IA devront se conformer à des normes plus strictes sur la collecte, le traitement et le stockage des données personnelles. Ce changement fait référence au RGPD, s’inscrivant dans une protection accrue des données personnelles et par extension de la vie privée.

Face à cette régulation de la data, le régulateur irlandais indique à Google qu’il devrait retarder le déploiement de son chatbot Bard.

L’Europe propose aujourd’hui le premier texte de régulation des intelligences artificielles. Bien que ces lois ne plaisent pas aux grands patrons d’entreprises comme Sam Altman, CEO d’OpenAI. Il est néanmoins rassurant de voir les Etats se pencher sur la question de la sécurité et de la vie privée de leurs concitoyens. Si cet article vous a plu et si vous envisagez une carrière dans la Data Science, n’hésitez pas à découvrir nos articles ou nos offres de formations sur DataScientest.

Source : eur-lex.europa.eu

Facebook
Twitter
LinkedIn

DataScientest News

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour recevoir nos guides, tutoriels, et les dernières actualités data directement dans votre boîte mail.
Poursuivre la lecture

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone
icon newsletter

DataNews

Vous souhaitez recevoir notre
newsletter Data hebdomadaire ?