JPO : Webinar d'information sur nos formations → RDV mardi à 17h30.

Cloud Computing : qu’est-ce que c’est et comment devenir expert ?

cloud computing

Le Cloud Computing est une technologie permettant d’utiliser les ressources de serveurs informatiques à distance, via internet. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette approche révolutionnaire de l’informatique.

L’informatique est désormais omniprésente en entreprise, et dans nos vies personnelles. Toutefois, la gestion et la maintenance d’une infrastructure informatique nécessitent beaucoup d’argent, de temps et de compétences.

La technologie de Cloud Computing résout ce problème en permettant d’exploiter les serveurs d’un fournisseur depuis n’importe quel appareil connecté à internet. Cette nouvelle approche est peu à peu devenue prédominante, grâce à ses nombreux avantages.

Qu'est-ce que le Cloud Computing ?

Le cloud computing est une technologie permettant de stocker les données ou d’accéder à des services informatiques via internet. Ces services peuvent être de la puissance de calcul, du stockage de données, du networking et bien plus encore.

Au lieu de stocker les données sur son propre ordinateur, le cloud permet de les stocker sur les serveurs du Data Center d’un fournisseur de cloud comme AWS, Microsoft Azure ou Google Cloud.

Le nom « cloud » ou nuage en français fait référence à l’interconnexion entre de multiples appareils situés à différents emplacements. La forme de ce vaste réseau rappelle celle d’un nuage.

Comment fonctionne le cloud computing ?

Le fonctionnement du Cloud Computing repose sur la connexion entre l’utilisateur et le fournisseur de services. Ce dernier stocke les données et applications sur les machines physiques situées dans ses Data Centers.

Les utilisateurs peuvent ensuite accéder à ces ressources via internet, peu importe la distance qui le sépare des serveurs. C’est une vraie révolution, car les Data Centers devaient jadis être gérées en interne par les équipes IT des entreprises.

Ceci nécessitait des mises à jour régulières, une consommation d’électricité démesurée, et d’importantes dépenses en immobilier. Cette approche était chère, contraignante et inefficace.

Désormais, grâce au cloud, les entreprises n’ont plus besoin de se soucier du provisionnement, de la sécurisation, du scaling, de la maintenance ou des mises à jour de l’infrastructure. Elles peuvent se focaliser sur la création d’expériences de haute qualité pour leurs utilisateurs.

Ainsi, le cloud computing simplifie largement le rapport entre les entreprises et l’IT. Beaucoup de fournisseurs adoptent un modèle économique basé sur un système d’abonnement, permettant aux clients d’accéder à toutes les ressources informatiques dont ils ont besoin en échange d’un paiement mensuel.

Il n’est plus nécessaire d’investir dans des licences logicielles, de mettre à jour des serveurs obsolètes, d’acheter de nouvelles machines pour accroître la capacité de stockage ou d’installer des mises à jour pour faire face aux nouvelles menaces de sécurité. Le vendeur se charge de toutes ses tâches.

À quoi sert le cloud computing ?

Avec l’essor des ordinateurs personnels et des appareils mobiles, le stockage de données est devenu une priorité dans toutes les industries.

Les entreprises de tous les secteurs amassent de vastes volumes de données et les analysent pour les exploiter. Afin de maintenir ces données, elles n’hésitent pas à dépenser des sommes colossales.

Or, le stockage de données requiert d’importantes capacités et une expertise interne. Les entreprises n’ont pas toutes les moyens d’investir dans une infrastructure IT interne.

Pour ces organisations, le cloud computing représente une solution alternative plus abordable. En outre, le gain de performance et les coûts réduits attirent aussi les plus grandes entreprises.

Par ailleurs, en cas de problème technique, le fournisseur de services cloud prend l’entière responsabilité et s’empresse de corriger le problème technique. C’est un avantage par rapport à un serveur IT interne, dont il est nécessaire de se charger de la maintenance.

Le cloud computing réduit par ailleurs les besoins en hardware et en logiciels pour l’utilisateur. Le seul élément nécessaire est une connexion internet pour accéder à la plateforme depuis un navigateur web.

Il est possible d’accéder à une plateforme cloud depuis n’importe quel appareil dont les PC, les ordinateurs portables ou les appareils mobiles de type smartphones ou tablettes.

Parmi les services cloud les plus utilisés par le grand public, on peut citer les boîtes mail comme Gmail, Hotmail et Yahoo. Les emails ne sont pas stockés directement sur nos ordinateurs, mais sur les serveurs du fournisseur.

Qui utilise le cloud computing ?

Le cloud computing est utilisé par les entreprises de toutes les industries pour une large variété de cas d’usage. Il peut s’agir du stockage ou de la sauvegarde de données, des emails, de virtualisation informatique, de développement logiciel ou encore d’analyse Big Data.

Elles peuvent aussi utiliser le cloud pour les applications web destinées à leurs clients. Par exemple, les entreprises du secteur de la santé exploitent cette technologie pour proposer des traitements personnalisés à leurs clients.

Dans le domaine de la finance, les organisations se servent du cloud pour détecter les fraudes. De leur côté, les créateurs de jeux vidéo l’utilisent pour délivrer leurs jeux en ligne à des millions de joueurs tout autour du monde.

Les différents types de clouds

Il existe trois principaux modèles de cloud. Chacun répond à des besoins spécifiques, et comporte son lot d’avantages et d’inconvénients.

Le cloud privé est déployé exclusivement pour une entreprise, une organisation ou une institution. On peut aussi parler de cloud d’entreprise, de cloud interne ou de cloud sur site. L’organisation détient et gère l’infrastructure et l’héberge sur place ou à distance, mais peut aussi confier la gestion de son cloud privé à un fournisseur.

Le cloud public est détenu et géré par le fournisseur qui gère le hardware, le logiciel et l’infrastructure. Les serveurs sont situés dans son Data Center. Les clients peuvent accéder à ces ressources via internet, et détiennent leurs données et applications.

Enfin, le cloud hybride se situe à la croisée des chemins. Il permet de stocker une partie des données sur le cloud public, tout en conservant les données sensibles sur un Data Center privé. Bien souvent, les données et applications circulent automatiquement entre les deux clouds. Ce modèle offre une flexibilité accrue, sans pour autant devoir abandonner sa propre infrastructure sécurisée.

Il est également possible de cumuler les services de plusieurs fournisseurs de Cloud différents. On parle alors d’une stratégie multicloud.

Cette approche comporte de nombreux avantages. Elle permet de combiner et de mélanger les services et fonctionnalités des différents fournisseurs. Aujourd’hui, le multicloud est l’approche privilégiée par la plupart des entreprises de tous les secteurs.

Les avantages du Cloud Computing

Le cloud computing apporte de nombreux avantages. L’une des principales raisons de son adoption massive en entreprise est la possibilité de faire des économies.

En effet, les utilisateurs de cloud computing payent uniquement pour les ressources informatiques qu’ils utilisent. Il n’est donc plus nécessaire de dépenser pour des ressources inexploitées. Cette technologie permet donc aux entreprises de gérer leurs opérations IT avec peu de ressources internes.

En outre, le Cloud Computing offre un gain de performances et supprime les contraintes de maintenance. Les logiciels sont mis à jour instantanément par le fournisseur.

Un autre avantage est la flexibilité et la capacité d’extension offertes par le Cloud. Si les besoins de l’entreprise évoluent, il suffit de quelques clics pour augmenter ou réduire l’utilisation des ressources informatiques.

Le Cloud Computing augmente aussi la capacité de stockage de manière illimitée, puisque les fournisseurs construisent sans cesse de nouveaux Data Centers pour leurs fermes de serveurs.

Enfin, la sécurité des données s’en trouve également renforcée. Au sein des Data Centers où elles sont entreposées, les technologies de cybersécurité les plus avancées sont déployées.

Les inconvénients du cloud computing

Malgré ses nombreux avantages, le Cloud Computing présente aussi des inconvénients. Tout d’abord, le fait de devoir confier la sécurité de ses données et des applications aux fournisseurs du Cloud représente toujours un risque.

Certains fournisseurs manquent aussi de transparence concernant la façon dont les données sensibles sont prises en charge. Il est essentiel de prêter attention aux configurations des services cloud et aux conditions d’utilisation pour éviter les incidents de cybersécurité.

De même, les performances du cloud dépendent entièrement du fournisseur. En cas de latence ou de panne, le client est impuissant et son activité peut être interrompue jusqu’à résolution du problème. Toutefois, la plupart des vendeurs cloud garantissent une durée de disponibilité et remboursent leurs clients en cas de problème.

Un autre inconvénient est l’imprédictibilité des coûts. Il est possible d’étendre la consommation de ressources au gré de ses besoins, mais ceci provoque aussi l’alourdissement de la facture.

Par ailleurs, tandis que les entreprises adoptent massivement le cloud, elles peinent à trouver des experts dotés des compétences requises pour l’architecture, le déploiement et la gestion des workloads et données. Dans le cas d’une approche multi-cloud, la gestion peut aussi devenir plus complexe.

Le transfert de données depuis un stockage local vers le cloud peut poser des problèmes de conformité industrielle. Il est essentiel de vérifier quelles données peuvent être hébergées sur le cloud dans votre industrie.

La migration des applications et données vers une infrastructure cloud pose souvent des complications. Les projets peuvent prendre plus longtemps que prévu, et dépasser le budget. En outre, il peut être difficile de changer de fournisseur cloud à cause des problèmes d’incompatibilité technique.

Le Cloud Computing par secteur d'activité

Le Cloud Computing est désormais utilisé dans presque toutes les industries. Toutefois, les cas d’usage et applications diffèrent d’un secteur à l’autre.

Dans le domaine de la santé, les soignants peuvent utiliser le cloud pour stocker des informations, réaliser des diagnostics ou ausculter les patients à distance.

Les médecins peuvent partager rapidement des informations depuis n’importe où, et le coût des transferts de données est largement réduit. La technologie du cloud permet de s’assurer que les patients reçoivent les meilleurs soins possibles sans retard inutile.

Les institutions du secteur de l’éducation utilisent le cloud computing pour l’apprentissage à distance. Grâce aux différents services, les enseignants peuvent atteindre des milliers d’étudiants autour du monde. Les vendeurs de cloud comme Google et Microsoft offrent gratuitement divers services pour les étudiants et leurs professeurs.

Les Data Scientists et autres professionnels du Big Data utilisent aussi le cloud computing, afin d’analyser les données pour en tirer de précieuses informations. Il existe de nombreux services de stockage et d’analyse sur le cloud.

De nombreuses plateformes de communication reposent sur le cloud. C’est le cas des boîtes email ou des applications de messagerie comme WhatsApp.

Ces applications stockent leurs données sur les serveurs des fournisseurs cloud et exploitent leurs ressources pour de meilleures performances. Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter utilisent aussi le cloud computing pour stocker les données et les gérer en temps réel.

Les gouvernements utilisent eux aussi le Cloud Computing, notamment pour le stockage et l’analyse de données sensibles. Toutefois, les plateformes Cloud qu’ils utilisent doivent être conformes aux standards de cybersécurité les plus stricts pour éviter toute cyberattaque ou fuite de données. L’administration exploite aussi le cloud pour stocker et traiter les données sur les citoyens.

Beaucoup de logiciels traditionnels d’entreprise sont devenus des services basés sur le cloud. C’est le cas des boîtes email, des logiciels de gestion de relation client, des ERP ou des gestionnaires de document. Le mode SaaS est désormais privilégié pour les logiciels d’entreprise. Parmi les plus adoptés, on peut citer Salesforce et HubSpot.

Le grand public utilise aussi les services de stockage cloud pour entreposer les fichiers multimédia de leurs ordinateurs, smartphones et autres tablettes. Les services comme Dropbox, Google Drive ou iCloud Drive sont aujourd’hui très populaires. De même, les services de streaming comme Netflix ou Spotify reposent sur le Cloud.

Les types de services cloud

Les trois principales catégories de services cloud sont les SaaS (logiciels en tant que service), les PaaS (plateformes en tant que service), et les IaaS (infrastructure en tant que service).

Le SaaS ou logiciel en tant que service est le type de cloud le plus utilisé. Il s’agit d’un modèle de distribution de logiciels sous lequel les applications sont hébergées par un vendeur ou un fournisseur de services et mises à disposition des clients via internet.

Ce modèle est de plus en plus adopté, en raison de ses multiples avantages. Plutôt que d’avoir à acheter une application et à l’installer sur tous les ordinateurs de l’entreprise, le SaaS permet d’utiliser le logiciel sur n’importe quel appareil via internet. Il suffit tout simplement de s’abonner au service.

Ceci permet aux équipes techniques de gagner un temps précieux. En outre, la maintenance et la résolution de problèmes sont à la charge du vendeur.

Avec le PaaS ou Plateforme en tant que Service, les développeurs peuvent accéder à un environnement pour créer des applications et services. La plateforme est hébergée sur le cloud et les utilisateurs y accèdent via internet.

Les PaaS sont constamment mises à jour avec de nouvelles fonctionnalités. Ces plateformes offrent notamment des services de gestion, de stockage, de networking, de déploiement, de test, d’hébergement, de collaboration et de maintenance pour les logiciels.

Une IaaS ou infrastructure en tant que service fournit l’accès à toutes les ressources informatiques au sein d’un environnement virtualisé. Les utilisateurs peuvent exploiter une infrastructure complète, notamment des serveurs virtuels, des connexions réseau, de la bande passante, des équilibreurs de charge ou des adresses IP.

Les ressources hardware de multiples serveurs et réseaux sont mises en commun et distribuées entre les Data Centers. Ceci permet d’étendre les performances de manière illimitée, tout en offrant une redondance pour plus de sécurité.

Grâce aux IaaS, les entreprises peuvent faire des économies sur l’infrastructure informatique. Ce type de service cloud évite de devoir investir dans l’achat et la maintenance de composants tels que des disques durs, des connexions réseau ou autre appareil de stockage externe.

Cloud Computing et cybersécurité

Le Cloud Computing peut soulever des inquiétudes en matière de cybersécurité et de confidentialité. Les entreprises craignent notamment que les fournisseurs de cloud puissent accéder à leurs données.

En outre, dans certains pays, la loi autorise la police ou le gouvernement à exiger les données d’un citoyen dans le cadre d’une enquête criminelle. C’est le cas aux États-Unis avec le programme Prism.

Pour renforcer la sécurité, les fournisseurs de cloud ont fait alliance avec le TCG (Trusted Computing Group) : une ONG publiant régulièrement des spécifications pour protéger le hardware et améliorer la sécurité du réseau.

Plusieurs mesures sont adoptées pour la confidentialité du cloud. Le chiffrement de données peut permettre d’empêcher tout accès non autorisé, y compris par le fournisseur de service.

L'histoire du cloud computing

L’histoire du cloud computing débute en 1996. C’est à cette époque que la Compaq Computer Corporation invente le terme.

Toutefois, le concept est plus ancien et plusieurs projets technologiques utilisaient déjà des versions primitives du cloud dans les années 1970. Les premières machines virtuelles sont apparues à cette époque, et ont fortement influencé l’émergence du cloud.

Les origines de la délivrance de ressources informatiques par le biais d’un réseau mondial remontent à 1969, lorsque l’informaticien américain J.C.R Licklider prêta son aide pour la création de l’Advanced Research Projects Agency Network considéré comme l’ancêtre d’internet. Son but était de connecter les ordinateurs du monde entier pour permettre aux utilisateurs d’accéder aux programmes et informations depuis n’importe où.

L’un des pionniers du cloud computing tel qu’on le connaît aujourd’hui est Salesforce. En 1999, la firme lance son logiciel de gestion de relation client basé sur le cloud pour remplacer son CRM traditionnel.

C’est un grand succès auprès des entreprises, qui se réjouissent de ne plus avoir à acheter de licences ou à installer de copies physiques sur l’ordinateur de chaque employé. Avec Salesforce, elles peuvent enfin accéder aux applications sur demande via internet.

Cette nouvelle approche a rendu les logiciels plus simples d’accès, plus efficaces et plus abordables. Dès lors, le cloud computing a connu un essor massif au fil des deux décennies suivantes.

En 2006, Amazon a lancé AWS. La première plateforme cloud regroupant des services tels que la puissance de calcul ou le stockage était née. Les autres géants de la tech comme Microsoft et Google ont suivi en lançant leurs propres clouds.

Les meilleurs fournisseurs de Cloud

Les trois principaux fournisseurs de cloud, dominant le marché à l’échelle mondiale sont Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud Platform.

Parmi les autres fournisseurs majeurs, on peut citer Apple, Citrix, IBM, Salesforce, Oracle, SAP, VMware, Joyent, Rackspace, ou encore les géants chinois comme Alibaba, Tencent et Huawei.

En France, le principal acteur du cloud computing est OVHcloud. Toutefois, le géant de la cybersécurité Thalès a commencé à développer un cloud souverain avec Google.

Pour choisir un fournisseur de cloud, il est important d’examiner plusieurs critères. Consultez le catalogue de services de chaque vendeur pour identifier celui qui correspond à vos besoins.

Prenez aussi en compte le modèle économique, et l’emplacement des serveurs si vous devez y stocker des données sensibles. Afin d’éviter les temps d’indisponibilité causés par une panne, choisissez un fournisseur proposant des accords de services satisfaisants.

Le futur du Cloud Computing

Même si le cloud computing a parcouru un long chemin, cette technologie n’en est en réalité qu’à ses balbutiements.

Dans le futur, les capacités de traitement du cloud vont croître de manière exponentielle. Les nouvelles technologies émergentes comme l’informatique quantique et l’intelligence artificielle vont offrir de nouvelles possibilités, stimulant encore davantage l’adoption du cloud.

On peut aussi s’attendre à ce que les entreprises se tournent massivement vers le multicloud hybride, pour profiter du meilleur de chaque fournisseur et combiner les avantages des clouds publics et privés.

En parallèle, les plateformes low-code et no-code vont continuer à démocratiser la technologie. Les développeurs « citizen » sans expertise technique pourront créer leurs propres applications pour résoudre des problèmes spécifiques sans avoir besoin de l’aide des développeurs traditionnels.

L’Internet des Objets va poursuivre son essor. Après les objets connectés au cloud tels que les bracelets, thermostats et caméras de sécurité, les capteurs IoT vont s’inviter dans nos maisons, nos villes et même sous nos vêtements.

Les services cloud seront bientôt intégrés aux automobiles, aux avions et aux services commerciaux pour offrir une expérience de transport plus fluide au grand public. Les voitures autonomes et autres taxis volants reposeront sur le cloud.

Enfin, les entreprises vont adopter le cloud et l’impression 3D pour délivrer des produits personnalisés sur demande à leurs clients. Bien évidemment, le futur du cloud nous réserve de nombreuses surprises…

Comment se former au Cloud Computing ?

Dans tous les secteurs d’activité, les entreprises adoptent massivement le cloud computing. Cette technologie apporte de nombreux avantages, mais requiert aussi des compétences techniques pour le déploiement, la gestion ou encore la configuration des services cloud.

Par conséquent, les professionnels capables d’utiliser les plateformes cloud comme AWS et Microsoft Azure sont désormais très recherchés. Cette expertise est un véritable atout sur le marché du travail.

Afin d’apprendre à maîtriser les plateformes et technologies de cloud computing, vous pouvez choisir DataScientest. Nous proposons notamment des formations certifiantes à distance pour Microsoft Azure et AWS.

Notre organisme est reconnu par l’État et éligible au Compte Personnel de Formation pour le financement. N’attendez plus et découvrez DataScientest !

Vous savez tout sur le Cloud Computing. Pour plus d’informations, découvrez notre dossier complet sur l’informatique et notre dossier sur la Data Science.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Tag de l'article :

Vous souhaitez être alerté des nouveaux contenus en data science et intelligence artificielle ?

Laissez-nous votre e-mail, pour que nous puissions vous envoyer vos nouveaux articles au moment de leur publication !

Newsletter icone

S'inscrire à la JPO :

Vous souhaitez recevoir notre newsletter data 💌 hebdomadaire ?